Lévizac, Jean-Pont-Victor Lacoutz, Abbé de - (1753-1813)

Littérateur français né à Albi, mort à Londres, où il s'était réfugié depuis 1789 et livré à l'enseignement particulier.

Titre : L'Art de parler et d'écrire correctement la langue française, ou grammaire philosophique et littéraire de cette langue, à l'usage des Français ou des Étrangers qui désirent en connaître à fond les principes, les beautés et le génie.

Descriptif :

Grammaire descriptive, prescriptive et pré-contrastive.

Rédigée en exil, cette Grammaire a été publiée chez Bayles, à Londres en 1797 [1re édition] et en 1800 [2e édition].

7e édition, revue par A. Drevet, à Paris, chez Rémont, 1822, en 2 vol. in-8, BN [X.11189-11190]. Un 1er vol. de 381 p. à 1750 caractères, soit env. 666.750 signes; un second vol. de 434 p. à 1750 caractères, soit env. 759.500 signes, soit au total env. 1.426.250 signes.

Ouvrage révisé par A. Drevet, censeur des études du Collège Royal de Henri IV, et conservateur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, de la 3e édition, Paris, 1807, à la 7e, Paris, 1822. Cette 3e édition de l'ouvrage est publiée chez Rémont. La 4e édition date de 1809; la 5e de 1815; la 6e de 1818 et la 7e et dernière édition de 1822.

Langue cible: français; métalangue: français.

Contenu :

Premier volume: Introduction: Mylady... [1-28]. Tableau général de la langue française [29-38]. Première partie: Des mots considérés comme des sons [39-42]. Des Voyelles [43-67]. Des Consonnes [68-104]. Les Syllabes [105-137]. Accents, Aspiration, Quantités, Homonymes [138-149]. Seconde partie: Des Mots considérés comme des signes de nos pensées générales [150-154]. Des Substantifs [152-191]. De l'Article [192-232]. De l'Adjectif [233-281]. Des Pronoms [281-381].

Second volume: Du Verbe [1-5]. Des Conjugaisons [5-9]. Conjugaison des verbes auxiliaires Avoir et Etre [9-13]. Observations sur l'emploi de ces deux auxiliaires [13-16]. Paradigmes des différentes espèces de conjugaisons [17-49]: 1ère, 2e, 3e et 4e conjugaisons. De la Formation des temps [49-53]. Accord des verbes avec leur sujet [54-66]. Du régime des verbes [66-79]: Verbe, Nom, Pronom. Emploi des temps et des modes [80]. Emploi des temps de l'indicatif [80-92]: du présent absolu, de l'imparfait ou présent relatif, du prétérit défini et de l'indéfini, du prétérit antérieur, du plus-que-parfait, des deux futurs. Emploi des temps du conditionnel [92-94]. Emploi des temps de l'impératif [94-95]. Emploi des temps du subjonctif [95-102]. Rapport des temps de l'indicatif entr'eux [102-103]. Rapport des temps du subjonctif à ceux de l'indicatif et du conditionnel [103-106]. Table et correspondance des modes et des temps [106-109]. Emploi des temps de l'infinitif [109-111]. Du Participe [111-137]: du participe présent, du participe passé, accord du participe passé avec le sujet, accord du participe passé avec son régime. Des Prépositions [137-157]: Usage de l'article avec les prépositions, répétition des prépositions, place des prépositions. De l'Adverbe [157-190]: Des différentes espèces d'adverbes, des adverbes de négation, d'affirmation et de doute, usage de la négative ne, des adverbes de manière et de leur formation, des autres sortes d'adverbes, place des adverbes. Des Conjonctions [191-216]: des différentes espèces de conjonctions, de l'emploi et des différens usages de la conjonction Que, du régime des conjonctions, des conjonctions qui régissent l'infinitif, des conjonctions qui régissent l'indicatif, des conjonctions qui régissent le subjonctif,. Des Interjections [216-220]. De la Construction, des figures grammaticales et des Vices de construction [220-265]: De la construction grammaticale, des figures grammaticales, de l'inversion ou hyperbate, de l'ellipse, du pléonasme, de la syllepse ou synthèse, des vices de construction, des disconvenances grammaticales, des amphibologies. Des Gallicismes [265-283]: des gallicismes dans le sens d'un mot simple, des gallicismes dans l'association de plusieurs mots, des gallicismes dans l'emploi d'une figure, des gallicismes dans la construction des phrases. De l'Orthographe [284-314]: des accens, de l'apostrophe,du trait d'union ou du tiret, du tréma, de la cédille, de la parenthèse, orthographe des substantifs, orthographe des verbes, orthographe des adverbes. De la ponctuation [314-329]: de la virgule, du point-virgule, des deux points, du point. Lettre première adressée à une jeune dame anglaise, sur l'application des Principes de la grammaire au superbe récit de la mort d'Hippolyte [330-361]. Lettre seconde. Des tropes et des figures [362-383]. Lettre Troisième. Sur la versification française [384-413]. Table des matières [414-431].

Objectif de l'auteur: Lévizac dénonce les abstractions - jugées inutiles - de Beauzée Il atteint parfaitement en ceci son objectif qui est d'être une grammaire immédiatement pratique.

Intérêt général: L'ouvrage de Lévizac constitue une excellente illustration de ce que la subsistance des intérêts idéologiques et métaphysiques ne pouvait guère résister aux pressions de l'intérêt didactique naissant.

Intérêts spécifiques:

Le traitement des parties du discours est entièrement conforme à la tradition inaugurée par Lhomond.

Les innovations terminologiques demeurent très rares, et tiennent souvent d'une imprécision de la description, comme dans le cas de la "conjonction suspensive" si.

Le corpus illustratif de Levizac est largement emprunté aux autorités de la littérature et à l'Académie française.

Influence subie: Levizac reconnaît aisément comme ouvrages de référence ceux de Beauzée, d'Olivet, Ménage, Vaugelas et Batteux. Sans revendiquer explicitement une influence bien définie, Levizac se situe dans la filiation des remarqueurs des 17e et 18e s., dont il synthétise et organise les commentaires. L'influence implicite des Bouhours, Andry de Boisregard et d'Aisy amène Levizac à accentuer dans son ouvrage les observations normatives et prescriptives destinées à faciliter l'apprentissage du français par des étranges.

Influence exercée: Il est plus difficile de cerner l'influence exercée par Levizac, car, en didactique, la production grammaticale postérieure du 19e s. s'oriente définitivement vers une conception non comparative de la description du français.

Références : Bourquin 1980, p. 201-202; Brunot, HLF, t. 10/2, 1968, p. 706; Saint-Gérand 1983, p. 21-38.

[Table]