Castille, Jean-Baptiste (1747-1816)

Grammairien et polygraphe français, qui a enseigné de 1776 à 1789 dans différents collèges jésuites de l'ouest de la France. Exilé pendant la Révolution, il revint à Paris sous le Consulat et reprit ses activités pédagogiques à l'Athénée des Arts.

Titre : Grammaire françoise simplifiée. Cet ouvrage est conforme aux principes Établis par Restaut, Wailly, Lhomond et l'Académie. Il contient outre le développement des dix Parties du discours, un Traité raisonné d'Orthographe, un Essai de Syntaxe, un Abrégé de Versification et un Vocabulaire des principales Expressions grammaticales, par J.-B. Castille, Professeur.

Descriptif :

Grammaire prescriptive.

1802.

Paris, 1802, 352 p., chez l'Auteur, rue de Lesdiguières, n 4, près l'Arsenal; L. Pelletier, Libraire, rue du Cimetière Saint-André des Arts, n 27, Imprimé par Glisan, rue du Foin Saint-Jacques, n 265, sur planches monotypées en bronze, par A. Bonnier, breveté d'invention, an XI. Un vol. in-12 de 354 p. à 2100 caractères, soit environ 743.400 signes. En exergue de l'ouvrage figure la citation de Boileau: Sans la langue... l'auteur le plus divin / Est toujours, quoiqu'il fasse, un méchant écrivain.

La Grammaire de Castille, sans réédition ou réimpression, fut simplifiée par l'auteur lui-même, en 1803, sous le titre de: Abrégé raisonné de la grammaire françoise, Paris, chez l'Auteur, 168 p.

Langue cible: français; métalangue: français.

Contenu : Vocabulaire des principales expressions grammaticales, avec les indications des Matières contenues dans cet ouvrage, A Z [XI - XXXVJ]. Première partie: Introduction [1-2]. Sons de l'E [3]. Voyelles longues et brèves [4]. Accents et Consonnes [4-5]. Du Nom [6-11]. De l'Adjectif [12-16]. De l'Article et du pluriel des noms, adjectifs et pronoms [17-32]. Du Pronom possessif [33-48]. Du Verbe: Conjugaisons [57]; Tableaux [86]; Temps des verbes, manière dont se forment les primitifs [88]; Accord avec le nominatif ou sujet [94]; Régimes [96]; Passifs et Actifs [98]; Tableaux des conjugaisons [100]; Verbes neutres [104]; Verbes impersonnels [107]; Verbes irréguliers et défectueux [110]; Tableaux [115]; Verbes pronominaux et réciproques [113]; [48-116]. Du Participe [117-130]. De l'Adverbe [131-136]. De la Conjonction [137-143]. De l'Interjection [144]. Seconde partie: De la Prononciation et de l'Orthographe. Des Lettres, des Syllabes, des Mots et de la Prononciation [145-151]. Tableaux des sons primitifs [152-180]. De l'Orthographe [181-220]. Signes dont on se sert en écrivant [221-225]. De la Ponctuation [226-234]. Troisième partie: De la Syntaxe. Accord de l'Adjectif, du Pronom et du Verbe avec le Substantif [236-251]. Place des adjectifs par rapport au substantif [252-256]. Régime des adjectifs [257]. Remarques sur les pronoms [258]. Remarques sur les verbes [265-267]. Temps des verbes et leur usage [268-279]. Régime des verbes [280-282]. Remarques sur les prépositions [283-285]. Remarques sur les adverbes [286-293]. Du Régime [294-298]. Mots qu'il faut répéter dans la même phrase [299-304]. Répétitions vicieuse [305-311]. Fautes que l'on peut commettre contre la Syntaxe [313]. Remarques détachées [314]. Quatrième partie: Principes de Versification française [321-352].

Objectif de l'auteur : "Il nous manque un ouvrage qui mette l'étudiant en état de parler, d'écrire, et de construire d'après des règles invariables, sans trop charger sa mémoire. Les grammaires trop étendues fatiguent ou dégoûtent de l'étude; celles trop abrégées sont toujours sèches et inintelligibles pour la plupart des jeunes gens qui ne peuvent comprendre qu'à l'aide des explications. J'ai donc cherché à éviter ces deux écueils en gardant un milieu, persuadé qu'on est quelquefois diffus en voulant rendre les choses trop claires, et qu'on est rarement compris en se restreignant rigoureusement aux principes. [...] Simple et dégagée de tout systême, cette grammaire n'offre aucune de ces phrases dont les objets purement métaphysiques fatiguent l'imagination sans éclairer l'esprit. [...] La Grammaire est un ouvrage qui enseigne l'art de faire connaître ses pensées, verbalement et par écrit, d'après des principes reçus".

Intérêt général : La Grammaire simplifiée de Castille se présente - au tout début du siècle - comme une illustration du glissement expressif qui affectera de plus en plus la description et l'explication des faits de langue.

Intérêts spécifiques:

Le traitement des parties du discours ne révèle aucune originalité, si ce n'est de présenter la catégorie de l'article sous l'éclairage unique de sa capacité à exprimer l'opposition du singulier au pluriel.

Les innovations terminologiques sont - sous l'angle de la morphologie lexicale - inexistantes, même si l'ouvrage laisse percevoir quelques glissements sémantiques, notamment dans les occurrences des termes: primitif, et impersonnel.

Le corpus illustratif relève de quelques citations d'auteurs des 17e et 18e s., et d'un nombre plus important d'exemples forgés ad hoc.

Influence subie: Revendiquant l'influence du travail de Lhomond et de De Wailly, la Grammaire de Castille se montre fidèle aux principes d'un descriptivisme ayant du mal à se dégager de la prégnance des faits contingents de l'expression.

Influence exercée: La Grammaire de Castille se place dans la dépendance d'une conception post-classique, qui exercera son influence sur certains ouvrages de la seconde moitié du 19e s.: Braud (1858), Chabert (1859), Leclair (1866), nettement orientés par l'impératif pédagogique.

[Table]