CHWP A.11 Kim, "Finding the Reader in Literary Computing"

Abstract

In the continuing controversy over the nature and status of "the poetic", the sound patterning of poetic form -- rhyme, lineation, alliteration -- has emerged as key to the debate. Cognitive science suggests a new approach to this central concern, an approach that stands to draw from resources not only in contemporary cognitive science but also in literary computing. This paper presents (1) a cognitive model of poetic sound pattern reception and (2) the results from a pilot experiment conducted using this model and TACT, a text analysis software suite. In its comparison of the differences between the visual vs. aural reception of poetic language, the results of this experiment suggest that there are differences between the experience of a poem heard vs. read silently. Though the trial nature of this experiment requires that its findings be interpreted with caution, the methodology itself directly indicates the considerable potential that the tools of literary computing have to illuminate not just the reception of poetic sound, but all acts of reading. Rather than being limited to the (stylistic) study of authors and texts, literary computing can play a valuable part in the empirical study of literary response.


Résumé

Dans la polémique autour de la nature et du statut du "poétique", l'organisation de sons propre à la forme poétique - rime, versification, allitération - s'est révélée au coeur du débat. Les sciences cognitives offrent une nouvelle approche de cette problématique centrale, une approche qui puiserait non seulement dans les sciences cognitives contemporaines, mais également dans la critique littéraire assistée par ordinateur. Nous présentons ici (1) un modèle cognitif de la réception phonique de la poésie et (2) les résultats d'une expérience-pilote réalisée selon ce modèle avec l'aide de TACT, un progiciel conçu pour l'analyse des textes. Les différences entre les réceptions visuelle et auditive du langage poétique relevées par cette expérience suggèrent qu'il y a effectivement une différence d'effet entre un poème lu sans voix et celui qui est écouté sans être lu. Bien que les résultats de cette expérience-pilote restent provisoires et doivent être interprétés avec prudence, la méthodologie témoigne directement des possibilités considérables qu'offrent les outils de l'analyse littéraire assistée par ordinateur, non seulement à la réception du son poétique, mais également à tous les actes de lecture. L'analyse littéraire assistée par ordinateur, loin d'être cantonné à l'étude (stylistique) des auteurs et des textes, peut jouer un rôle important dans l'étude de la réception littéraire.

[Return / Retour au texte]