Figure 2: Extrait du fichier de saisie
(Dictionaire critique, t. 2, p. 96-7)

[Les débuts de ligne en retrait de la figure originale sont indiquées ici par ">>".]

salutaire de l' olive. £Linguet. <"Mon langage est loin des éloges enivrans que lui prodigue une aveugle pr#vention. £$Salaun.>
>> Ennivrer, rendre ivre: <"Il l' ennivra.> <"La bière ennivre comme le vin.> <"Il s' ennivre tous les jours.> _ On dit, par extension, que le tabac ennivre; que les vapeurs d' un pressoir; que certaines odeurs ennivrent. = Il est beau au figuré. <"Les louanges, les flatteries ennivrent.> <"Cet homme s' ennivre de la bonne opinion qu' il a de lui-même.> £Racine, dans £Andromaque, dit, de %Pyrrhus:
>> <S' ennivrer, en marchant, du plaisir de la voir.> <"Heureux, au sein de Dieu, qui couronne tes travaux; nageant dans son immensité, tu t' ennivres d' éternelles voluptés. £$Jér_Dél.> <"Ce ne fut point le sommeil, qui lui versa ses doux pavots; ce fut la discorde, qui l' ennivra de ses poisons. £$Jér_Délµ.> <"Sa redoutable épée s' ennivre de carnage, et sème par-tout le trépas. £$Jér_Délµ>
>> Ennivrer, s' emploie aussi figurément, dans le style familier et proverbial. <"Il s' ennivre à force de parler:> <"Je n' aime point à m' enivrer d' écriture. £$Sév. <"S' ennivrer de son vin,> boire tout seul avec excès; et au figuré, avoir bone opinion de soi. = $Rem. Quand ennivrer est sans régime, il ne signifie qu' un cerveau troublé par les vapeurs du vin. Ainsi, l' Auteur du £Dithyrambe_aux_mânes_de_Voltaire, a dit ce qu' il ne voulait pas dire, en disant, dans son début:
>> <Quel est donc ce Vieillard, ce mortel adoré,
>> Qui traine sur ses pas tout un peuple enivré?>
Si le peuple était ivre, son afluence autour de %Voltaire n' est pas flateûse. £$Ann_Litt.
>> Ennivrement, se dit moins au propre qu' au figuré. <"L' ennivrement de l' amour et des passions.>

|PEnlacement
|L Enl#cement, $s_m. Enlacer, $v_a.
|L [/anlâceman, /anla-cé: 2e $lon. au 1er, 3e &e muet; il est fermé au 2d. _ Devant l' &e muet l' &a est long: il &enlâce, &enlâcera, $etc.]
|L Enlacer, est 1. Passer des cordons, ou des lacets, $etc., les uns dans les aûtres. <"Enlacer des rubans, des branches d' arbres.> = 2. Passer dans un même lacet. <"Enlacer des papiers.> = Enlâcement, est l' action d' enlacer, ou l' éfet de cette action.

|PEnlaidir
|L Enlaidir, $v_a. et $n.
|L [/an-lédi: 1re $lon., 2e &é $fer.]
|L Rendre laid: <"La petite vérole l' a enlaidie.> = Devenir laid. <"Elle enlaidit tous les jours.>

|PEnlèvement
|L Enlèvement, $s_m. Enlever, $v_act. *Enlevûre, $s_f.
|L [/anlèveman, /anlevé, /anlevûre; 1re $lon. 2e &è moyen au 1er, &e muet aux deux aûtres; 3e &e muet au 1er, &é $fer. au 2d, $lon. au 3e. _ Dans le verbe, l' &e muet se change en &è moyen. "Il &enlève, il &enlèvera, $etc.]
|L Enlèvement ne se dit que du Rapt, de l' action par laquelle une persone est enlevée malgré elle, ou une chôse est enlevée malgré celui à qui elle apartient. <"L' enlèvement de %Proserpine est fameux dans la Fable; et celui des %Sabines, dans l' Histoire Romaine.> <"Bien des Filles consentent à leur enlèvement, sous l' espoir de forcer leurs parens à consentir à un mariage qui ne leur agrée pas.> <"Après l' enlèvement de ses meubles.>
>> Enlever, est, 1. Lever en haut. <"Enlever des pierres avec une grûe.> <"Un tourbillon l' enleva.> = 2. Emmener par force. <"Il a enlevé cette fille.> <"On l' a enlevé de sa maison.> = 3. Enlever, en parlant de marchandises, se hâter d' acheter. <"Dans un jour tout le café a été enlevé.> _ Par extension, on dit que la mort a enlevé un jeune homme à la fleur de son âge; que la peste, la fièvre l' a enlevé en peu de jours, $etc. _ Et aussi, enlever une place, s' en rendre maître: enlever un quartier, un Régiment, les forcer dans leur poste. = 4. Enlever, transporter d' admiration. <"Ce Prédicateur, cette pièce, cette musique enlève tout le monde.> = 5. Oter de manière qu' il ne reste aucun vestige. <"Enlever des taches.>
>> On dit, $prov. Cela enlève la pâille; est au-dessus de tout, ou est décisif. _ Etre enlevé comme un corps saint; être emmené, comme malgré soi, à une partie de plaisir.
>> *Enlevûre, petite vessie ou #bube, qui vient sur la peau. Ce mot est corrompu d' élevûre, et l' on ne dit plus que celui-ci.

|PEnlevée
|L *Enlevée, $s_f.
|L @
|L Enlèvement. C' est un mot de £Pluche. <"Il seroit encôre mieux de défendre les enlevées, et de laisser aux particuliers le soin de conserver leur blé.> _ Enlevée n' est point dans les Dictionaires. On dit Enlèvement.

|PEnliasser
|L *Enliasser, $v_act.
|L @
|L est un gasconisme. On dit Accoupler. <"Enliasser des torchons. £$Gasc_Corr.>

|PEnluminer
|L *Enluminer, $v_act. Enlumineur, {Enlumin}eûse, $s_m. et $fém. Enluminûre, $s_f.
|L [/anluminé, /neur, /neû-ze, /nûre: 4e &é $fer. au 1er, $lon. aux aûtres.]
|L Enluminer, c' est colorier une estampe. Enlumineur, Enlumineûse, celui, celle qui fait métier de colorier des estampes, des cartes de Géographie. Enluminûre, est, 1. l' Art d' Enluminer: <Il entend bien l' Enluminûre.> = 2. L' ouvrage de l' Enlumineur. <"Cette Enluminûre est grossière.>
>> $Rem. Les deux substantifs ne se disent qu' au propre, le verbe se dit aussi au $fig. dans le $st. $plais. mais bâs et $prov. S' enluminer la trogne, le museau, boire avec excès et devenir rouge et enflamé pour avoir trop bu. _ On dit, moins bassement, que l' ardeur de la fièvre enlumine le visage d' un malade. _ Dans le £$Dict_de_Trév. on dit même que: <"la pudeur enlumine agréablement un visage>, mais cela ne pourrait se dire que dans le $st. badin.

|PEnmener
|L @
|L @
|L @
|L $Voy. Emmener.

|PEnn.
|L @
|L Dans cette syllabe, quand elle comence le mot, la 1re &n est muette: elle ne sert qu' à doner à l' &e le son de l' &a. La 2de s' unit avec la voyelle suivante: Ennoblir, ennui, ennuyer, $etc. $Pron. /anoblir, /anui, /anuyé, $etc. On ne devrait donc pas mettre cette double &n à ennemi, puisqu' on ne prononce pas /anemi, mais /énemi; et on devrait la mettre à ennivrer et à ennorgueillir, qu' on écrit mal-à-propos enivrer, enorgueillir, puisqu' on prononce /anivré, /anorgueilli, et non pas /énivré, /énorgueilli.

|PEnne.
|L @
|L La pénultième est brève, Etrenne, qu' il prenne, qu' il aprenne, $etc. _ On pourrait ne mettre qu' une &n, et remplacer celle qu' on suprimerait par un accent grâve sur l' &e, pour marquer le son de l' &è $moy. "Etrène, qu' il prène, qu' il aprène, $etc.

|PEnnemi
|L Ennemi, ou plutôt énemi, {ennem}ie, $subst_m. et $fém.
|L [$Prononc. dit l' £$Acad. comme s' il y avait enemi, $c_à_d. avec un &e ouvert: mais aucun de nos mots, excepté être, ne comence par un &ê $ouv. L' &é d' énemi est $fer. comme tous les mots de la Langue qui comencent par un &e, et qui ne sont pas suivis d' une &m ou d' une &n. _ Mais si énemi a le 1er &é $fer., et quand même il aurait cet &ê ouvert, pourquoi l' écrire avec 2 &n? Cette ortographe est capable d' induire en erreur et le peuple et les étrangers, et à faire prononcer, ou /an-nemi, comme on prononce en certaines Provinces, ou du moins /anemi, comme on prononce dans, ennoblir, ennui, ennuyer, $etc. $Voy. Enn. _ Ennemi devrait céder à enivrer un &n, qui est inutile au 1er, et qui serait nécessaire au second. On devrait écrire énemi et ennivrer. $Voy. Enivrer.]
|L 1. Celui ou celle qui veut du mal à quelqu' un. <"Mon énemi, ses énemis, énemi de Dieu et des hommes, de la Religion, de l' Etat, $etc.> = 2. Le parti contraire, qui fait la guerre. En ce sens, on dit l' Enemi, ou les Enemis. <"Repousser l' énemi, les énemis.> <"En présence de l' énemi.> <Tomber entre les mains des énemis.> = 3. Relativement aux chôses; qui a de l' aversion pour, qui est oposé à... <Enemi des cérémonies, des procès.> <"Enemi de la vertu, de la raison, de la société.> = 4. Enemi se dit des animaux, et même des chôses inanimées. <"Le Chat est l' énemi de la souris, le Crapaud de la Belette.> <Le chou est l'énemi de la vigne.> <"La débauche est l' énemie de la santé.> = 5. En Poésie, on l' emploie comme adjectif. <"Les destins énemis, les vents énemis, la fortune énemie,> pour dire, contraires. _ On dit, en prose, nation énemie, peuple énemi, en pays énemi. = Il suit toujours, même en vers, le nom qu' il modifie.
>> <Chasse l' avide oiseau, détruis l' ombre énemie.>
£De_Lille.
£De_Lilleµ dit du Soleil:
>> <Si de taches semé, sous un voile énemi,
>> Son disque renaissant se dérobe à demi,
>> Crains les vents pluvieux.>
On dit en $st. $prov. Autant de pris sur l' énemi: c' est toujours beaucoup d' avoir tiré quelque chôse d' une persone avâre, qui ne veut jamais rien doner.
>> $Rem. Enemi régit le datif, mais avec l' article défini. <"Les impies sont les énemis de l' Etat, bien plus encôre que de la Religion.> Voyez plus haut plusieurs aûtres exemples. * $M. £Sabatier_de_Castres emploie l' article indéfini (la $prép. de sans article.) <"Ce ton énemi de parûre et de prétention, a vraisemblablement contribué au peu de succès des productions de $M. %Tanevot, dans un siècle où l' on ne goûte que les pointes, le persiflage, et la fatigante énergie de nos prétendus penseurs en vers.> _ Je pense que l' Auteur devait dire, ce ton énemi de la parûre, de la prétention; comme on dit, énemi de la joie, de la paix, de la contrainte, et non pas énemi de joie, de paix, de contrainte, $etc.